Search
+381 11 744 7674 info@skoruna-tours.com
Durée: Circuit 12 jours/11 nuits
Location: Serbie, Roumanie
Tarif: promo 2019

Du confluent de la Save et du Danube, à travers le Banat serbe et roumain, la Transylvanie et les mystérieuses Carpates, nous parcourrons des terres parsemées de riches villes aux réalisations Art nouveau des années 1900, des bourgs médiévaux florissants, des villages chatoyants et leurs petites chapelles en bois aux tours sveltes et élancées, ainsi que deux grandes capitales de l’Europe de l’Est : Belgrade et Bucarest. Depuis que les provinces à but défensif face aux Ottomans furent établies par les Habsbourg au XVIIIe siècle, des populations très variées (Roumains, Hongrois, Serbes, Croates, Allemands lorrains, Ruthènes…) apprirent à vivre ensemble, dans le respect les unes des autres, tout en gardant néanmoins les langues, cultures et confessions qui leur étaient propres. La richesse d’une telle cohabitation au coeur du continent européen, partagé entre les mondes slave, latin et germanique, est la meilleure des invitations possible à ce voyage.

 

PROMO 2019

Notre itinéraire :

 Jour 1

Arrivée à l’aéroport de Belgrade Nikola Tesla, accueil, et court trajet en direction du centre-ville. Visite guidée de la capitale serbe. Le parc de Kalemegdan, adossé à la forteresse de Belgrade, fut le théâtre de nombreux sièges et batailles. Le superbe panorama qui s’offrira à nos yeux depuis la forteresse sur le confluent de la Save et du Danube nous fera comprendre l’importance stratégique de ce site qui constitue une frontière naturelle entre les Balkans et le bassin de l’Europe centrale. Le vieux quartier du XIX siècle abrite la vieille cathédrale orthodoxe (datant de 1845, et qui était la Résidence du Patriarche de l’Église de Serbie), le vieux bistrot appelé ‘’ ? ‘’, ainsi que bien d’autres bâtiments de style balkanique. La grande cathédrale orthodoxe Saint-Sava, deuxième plus grand monument orthodoxe au monde, est en chantier depuis 1935. Elle possède une crypte, récemment achevée, et merveilleusement décorée de peintures dorées.

Logement à Belgrade.

 

Jour 2

Petit déjeuner. Nous prendrons la route pour atteindre, au bord du Danube, deux spectaculaires châteaux- forts : Smederevo et Golubac. Nous longerons ensuite le fleuve jusqu’à notre prochaine destination : le site archéologique de Lepenski Vir, terrasse danubienne qui, il y a 7000 ans déjà, était habitée par une population préhistorique parfaitement organisée. Nous assisterons à une projection vidéo qui relatera ces découvertes archéologiques exceptionnelles. Après un déjeuner traditionnel chez des locaux, le trajet de l’après-midi nous dévoilera la beauté des gorges du Danube et du parc national des Portes de fer / Djerdap. Retour sur Belgrade.

Logement à Belgrade.

 

Jour 3

Petit déjeuner. Départ vers la province serbe du nord, la Voivodine. Nous commencerons notre tour par Petrovaradin afin de visiter l’imposante forteresse reconstruite par les Habsbourg au XVIIIe siècle. Sur la rive opposée du Danube se trouve la ville nouvelle – « nouvelle implantation – Novi Sad », déclarée «ville royale libre» par Marie-Thérèse d’Autriche en 1748. Nous y verrons un très beau centre-ville baroque, avec des maisons typiques des XVIII et XIX siècles. Près du Danube, sur les versants boisés de la Fruska Gora, nous visiterons la petite ville baroque de Sremski Karlovci (Karlowitz), un grand centre politique et culturel des Serbes au XIXe siècle. La cathédrale orthodoxe de Saint- Nicolas (XVIIIe siècle), avec son double clocher et une superbe iconostase baroque, attirera toute notre attention. Nous profiterons d’un moment pour goûter le célèbre « Bermet », vin doux aromatisé, emblématique de la région. Retour sur Belgrade.

Logement à Belgrade.

 

Jour 4

Petit déjeuner. Départ pour la Roumanie, via Zrenjanin et Srpska Crrnja (passage de la frontière). A l’arrivée à Timisoara, visite guidée de la ville. Nous découvrirons cette belle ville, chef-lieu de la région du Banat, partagée entre la Roumanie et la Serbie après la Première Guerre mondiale. Nous traverserons les trois places successives, celles de la Victoire, de la Liberté et de l’Union, où nous verrons la cathédrale orthodoxe roumaine datant des années 1920, qui a un aspect assez extraordinaire. Nous verrons également le Théâtre de la ville, dont les pièces sont jouées en trois langues (roumain, allemand et hongrois), ainsi qu’un quartier serbe de la ville doté d’une église baroque et d’une maison paroissiale.

Logement à Timisoara.

 

Jour 5

Petit déjeuner. Nous partirons vers la Transylvanie. Nous nous rendrons à Alba Iulia. Cette cité est implantée à l’intérieur d’une grande enceinte protectrice, dont le plan est inspiré de celle de Vauban. Le centre de cette dernière est l’ancienne ville saxonne, mais le site fut conquis par les Romains au Ier siècle et fut dès lors considéré comme « la petite soeur de Rome en Orient ». Nous y verrons plusieurs immeubles historiques dont la cathédrale catholique Saint-Michel, la plus ancienne de Transylvanie, une belle fusion des styles roman, gothique et renaissance. Quant à la cathédrale orthodoxe, église de l’« Unité nationale », elle fut érigée en 1922 afin de célébrer l’unification du pays. Elle servit de lieu de couronnement au roi Ferdinand et à la reine Marie de Roumanie. Route pour Cluj Napoca.

Logement à Cluj-Napoca.

 

Jour 6

Petit déjeuner. Nous entamerons la visite du centre historique de Cluj Napoca. Idéalement située sur les routes commerciales historiques, cette ville est dotée un fort cachet multiculturel. Nous visiterons l’église Saint-Michel, construite entre le XIVe et le XVe siècle, qui est de style gothique. Elle devint le lieu d’intronisation des princes régnants de Transylvanie au XVIIe siècle avant d’accueillir, au XVe siècle, le baptême de Mathias Corvin, célèbre roi de Hongrie, né à Cluj Napoca. La région de Maramures a conservé ses charmantes traditions ainsi que son patrimoine à l’architecture vernaculaire. A Surdesti, nous visiterons une église en bois datant du XVIIIe siècle dont la flèche, s’élevant à plus de 70 mètres de hauteur, est aujourd’hui considérée comme la plus haute de la contrée. Poursuite de la route.

Logement à Baia Mare.

 

Jour 7

Petit déjeuner. Les villages de la vallée de la Mara abritent encore des maisons aux toits dotés de bardeaux, de portails de bois ouvragés et des clochers d’églises très élancés. A Sighet, nous ferons une visite du « mémorial », qui présente une exposition sur le communisme en Roumanie : résistance, censure, destruction de monuments historiques, ainsi que la vie quotidienne dans en prison. Dans la vallée de l’Iza, que nous traverserons ensuite, nous pourrons admirer d’autres exemples d’architecture en bois, caractéristiques de cette région de l’Europe.

Logement à Bistrita.

 

Jour 8

Petit déjeuner. Sur la route vers Sighisoara, nous ferons une halte à Targu Mures, surnommée la « ville des roses ». Le très beau palais de la Culture, datant des années 1900, domine le centre-ville. Nous poursuivrons notre route jusqu’à Sighisoara. La tour de l’horloge du XIVe siècle est un véritable emblème de cette ville, dont l’urbanisme médiéval allemand de Transylvanie est considéré comme une grande réussite. Nous flânerons dans le centre-ville afin d’admirer l’église sur la colline, typique de l’architecture gothique de Transylvanie, l’immense Hôtel de Ville de style néo-renaissance, ainsi que l’église Sainte-Marie, du monastère dominicain (XIII siècle). C’est à Sighisoara que naquit Vlad Tepes (« Vlad l’Empaleur »), souverain de la province de Valachie de 1456 à 1462, qui servi de modèle à l’écrivain irlandais Bram Stoker pour le personnage du Comte Dracula. Route pour Sibiu.

Logement à Sibiu.

 

Jour 9

 

Petit déjeuner. Dans la matinée, visite de la ville de Sibiu (Hermannstadt en Allemand), importante ville de Transylvanie allemande, et capitale européenne de la culture en 2007. Nous déambulerons dans le centre médiéval de la ville autour de la Grande et de la Petite Place, et nous visiterons l’ancienne cathédrale Notre-Dame, aujourd’hui église luthérienne. Nous descendrons ensuite un très bel escalier, qui relie la ville haute à la ville basse. Pour illustrer l’histoire de Dracula, nous passerons au château de Bran, où nous évoquerons cette légende. Un arrêt de plus nous permettra de d’apercevoir la silhouette du château de Rasnov, placé sur le haut d’une colline. Route pour Poiana Brasov, station de sports d’hiver très connue en Roumanie.

Logement à Poiana Brasov.

Jour 10

Petit déjeuner. Visite du centre historique de Brasov (Kronstadt en Allemand), fondée par des colons allemands il y a sept cents ans. L’église dite Noire (la plus grande église gothique entre Vienne et Istanbul) domine la ville, tandis que les façades des immeubles sont très variées. Ces derniers sont depuis toujours tant habités par des Roumains que par des Allemands, des Hongrois, des Arméniens ou des Juifs. Nous quitterons ensuite la Transylvanie pour entrer en Valachie. A Sinaia, dont le nom évoque le biblique mont Sinaï, nous visiterons un monastère orthodoxe, ainsi que le château de Peles, ancienne résidence d’été de la famille royale de Roumanie durant les années 1920 et 1930. Nous prendrons ensuite la route pour Bucarest.

Logement à Bucarest.

 

Jour 11

Petit déjeuner. Visite de la capitale de la Roumanie, Bucarest, fondée au XVe siècle, qui ne connaît un véritable essor qu’à partir du milieu du XIXe siècle. Nous nous promènerons dans les ruelles du vieux Bucarest, autour de Curtea Veche, la plus vieille église de la ville, et de l’église Stavropoleos, l’un des bâtiments qui illustre le mieux l’architecture roumaine. La ville a subi une réorganisation en terme d’urbaniste dans les années 1920, ce qui lui a assuré nombre de grands boulevards éclairés, ainsi que des établissements tels que l’Athénée roumain, l’Arc de triomphe ou bien le Musée national d’Art et d’Histoire. A partir des années 1977-1980, suite à la volonté personnelle du dictateur communiste Ceausescu, la capitale roumaine connut une nouvelle transformation urbanistique, due à la mégalomanie du régime, qui gouverna le pays durant quarante-cinq ans. Le pharaonique « Palais du peuple » (visite extérieure) en est l’un des exemples les plus parlants.

Logement à Bucarest.

 

 

Jour 12

Petit déjeuner.Temps libre puis transfert  à l’aéroport Otopeni de Bucarest, vol de retour.